« Avec Charles de Foucauld, avoir soif d’une terre nouvelle…. », c’est sur ce nouveau thème que nous nous sommes lancés cette année encore sur les routes de l’Ardèche.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Voilà des échos de la marche…

Caroline écrit : Un groupe plein de participants complaisants de sorte qu’on a partagé la foi avec beaucoup de confiance. Comme ça, il n’était pas seulement la marche elle-même qui a donné un silence profond, mais aussi les discussions avec les autres, les soirées communes sur le camping, qui m’ont rappelé que Dieu nous accompagne partout et qu’on peut rester comme ça tout calme avec toutes nos questions et espoirs. Un grand MERCI alors à l’équipe et à la prochaine fois !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Sébastien partage : Beaucoup des premiers seront les derniers, et beaucoup des derniers seront les premiers. Chaque soir nous arrivons les derniers et au petit matin les premiers nous sommes en route, entraînés par Marie à la suite du Christ.

C’est parce qu’il nous parle que nous lui ouvrons notre cœur, comme au plus proche de nos amis. Même en lui parlant nous l’écoutons, c’est le miracle de la Visitation… et ce miracle c’est la rencontre du Tout Autre, de l’entente.

PENTAX Image

Élodie nous a aussi apporté son témoignage.

Une terre nouvelle qui fait place à la diversité culturelleMême si les jeunes étaient peu nombreux, j’ai été frappée par la diversité des pays d’origine et des liens que nous avons fait dès le premier soir qui instauraient  dès le début une familiarité … Ile Maurice, Chine, Allemagne, Italie, Afrique du Sud, différents coins de France… comment ne pas penser en marchant à tous ces déplacés qui n’ont pas « d’endroit où reposer la tête » !

Une terre où se construit la fraternité et où chacun peut trouver sa place et être accueilli avec ses dons mais aussi avec ses fragilités… sans en être « désolé » ni culpabilisé d’avoir besoin des autres ou de les déranger ! J’ai été très touchée par toutes les petites attentions fraternelles de chacun dans le groupe, les regards, les sourires, les petits gestes et les paroles qui rassurent, relancent dans la confiance, apaisent, encouragent, la capacité de chacun de pouvoir «se déplacer » pour faire face aux fragilités qui se sont exprimées

Une terre où l’autre, l’étranger est le bienvenu, accueilli… nous avons pu vivre tout au long de notre marche de belles rencontres, être accueilli dans les campings… accueillir pour la célébration de l’eucharistie où  des gens du village étaient ravis de pouvoir célébrer avec nous.

Une terre où la soif de l’homme et la soif de Dieu se rejoignentpendant cette semaine nous avons pu repérer, nommer, exprimer, crier nos soifs… contempler Dieu attentif et à l’écoute de nos soifs, des reproches que nous pouvons lui faire face aux manques et non réponses apparentes, contempler Dieu qui à travers Jésus se révèle comme ayant soif de l’homme, soif de l’amour de ses créatures, soif de trouver en nous une terre d’accueil… Un Dieu qui nous « adore » !

 

La terre nouvelle pour moi-même c’est celle des relations fraternelles où les différences peuvent vraiment s’exprimer au risque de briser l’harmonie apparente et de créer des conflits, mais que nous apprendrons à assumer et dépasser pour ne pas qu’ils dégénèrent en guerre…  une terre où nous ne vivrons plus sous « contrôle », « sous occupation » « sous dépendance »  mais sous le regard bienveillant, aimant et confiant de Dieu et des autres, regard qui nous transformera en profondeur et toutes nos relations avec nous.