Commentaire de Charles de Foucauld au 7ème dimanche de Paques année C (Jn17,20-26)