Commentaire de Charles de Foucauld pour le 4ème dimanche de l’Avent (Lc 1, 39-45)