Charles de Foucauld commente la fête du Baptème du Seigneur Lc 3,15-16.21-22