La Fraternité d’affiliation

1. La Fraternité d’affiliation se compose d’hommes et de femmes baptisés, appelés par Dieu à vivre la vie chrétienne, selon la spiritualité des Disciples de l’Évangile, en communion avec l’Eglise diocésaine à laquelle ils appartiennent.

sacre famille

Ces frères et sœurs s’engagent à vivre, dans leur spécifique état de vie, une existence chrétienne, selon le style vécu par Jésus à Nazareth et selon le baptême qu’ils ont reçu. Avec St Paul ils reconnaissent ce don et mission en disant : Si donc, par le baptême qui nous unit à sa mort, nous avons été mis au tombeau avec lui, c’est pour que nous menions une vie nouvelle, nous aussi, comme le Christ qui, par la toute-puissance du Père, est ressuscité d’entre les morts. Car, si nous avons été unis à lui par une mort qui ressemble à la sienne, nous le serons aussi par une résurrection qui ressemblera à la sienne (Rom 6,4-5).

ChdF

2. Les personnes majeures peuvent devenir des membres de la Fraternité d’affiliation :
hommes ou femmes, mariés, célibataires ou veufs, singulièrement ou toute la famille.

3. Les frères et sœurs d’affiliation sont appelés à connaitre et assumer les suivant aspects de la spiritualité des Disciples de l’Évangile, tirés de l’expérience spirituelle de Charles de Foucauld :

- la prière et la contemplation ;
- l’accueil et le partage ;
- l’évangélisation selon le style ordinaire et simple de la vie de Nazareth.

4. En ayant comme référence les aspects de la spiritualité des Disciples de l’Évangile, les Frères et Sœurs d’affiliation vivent leur spécifique état de vie en communion avec la paroisse à laquelle ils appartiennent et avec le diocèse, « en assumant les orientations et le chemin pastoral qui caractérise l’histoire de cette partie du peuple de Dieu » [1], dans lequel ils se trouvent.

Cuore e croce

 
 
 
 
 
 
 
 

5. Les Frères et Sœurs d’affiliation se proposent d’imiter le style de Jésus et de l’Évangile dans leur état de vie spécifique et de contempler l’histoire quotidienne avec les yeux du Père miséricordieux. Charles de Foucauld écrit à ce sujet :

Et les premiers actes, les premiers effets de l’amour, comme les derniers,
ceux qui sont inséparables de l’amour, qui l’accompagnent tant qu’il existe, sont l’imitation et la contemplation :
dès le premier moment où l’on aime, on imite et on contemple ;
l’imitation et la contemplation font nécessairement, naturellement partie de l’amour,
car l’amour tend à l’union, à la transformation de l’être qui aime en l’être aimé. (…)
Imitons donc Jésus par amour, contemplons Jésus par amour, agissons en tout par amour de Jésus…
Soyons amour, et ne produisons que des actes faits par amour, que des effets d’amour ! [2]

 

Témoignages

Pour quoi j’ai choisi l’affiliation ?                                                                                                                                                     Renata

Je vais essayer de répondre à la question tout simplement, à travers ce que je ressens, que j’éprouve…
J’ai commencé à fréquenter les Disciples de l’Evangile dans la Fraternité Sykar, appelée familièrement « via Brenta ». Je connaissais les sœurs depuis un moment et quand j’étais chez elles j’étais heureuse, et pour l’accueil et pour l’amitié. J’ai continué à participer à leurs propositions spirituelles (par exemple, la lectio divina) et j’ai commencé à me poser des questions sur ma vie. Je me demandais : « Comment ma vie, est-elle organisée ? Suis-je en train de vivre le projet que Dieu a pour moi ? »
En m’approchant de leur spiritualité, de la figure de Charles de Foucauld, en commençant à lire ses écrits et sa biographie, j’ai été fascinée par sa grande prière d’abandon au Père et sa façon d’imiter Jésus, qui était pour lui le Modèle Unique.
J’ai demandé aux sœurs en toute simplicité si elles pouvaient m’accompagner à vivre de plus près la spiritualité de Charles de Foucauld, dans ma vie quotidienne, tout en restant dans ma famille.

Depuis que j’ai vécu l’affiliation, je prie afin que d’autres personnes puissent s’approcher de cette spiritualité foucauldienne et de cette expérience qui a été et est pour moi un don. Charles disait souvent : « Que tu es bon, mon Dieu. »

 

Les belles choses naissent par hasard                                                                                                                                       Raffaella

J’ai participé à une sortie, une sortie spéciale, car c’était la Profession religieuse de deux novices qui allaient se consacrer. Ma compagne de car avait déjà vécu l’affiliation mais cela n’avait pas d’importance pour moi, je ne savais même pas ce que cela signifiait. Pendant le voyage, au cours de nos conversations, elle a essayé de m’en parler, mais j’ai glissé. J’ai ensuite continué ma vie comme d’habitude : la Sainte Messe chaque matin chez les Disciples de l’Évangile, dans la fraternité principale Jésus Caritas, et le petit-déjeuner avec elle à la suite. Le lieu était beau et les sœurs toujours souriantes, elles m’accueillaient comme dans une famille élargie.

Des mois se sont écoulés et une des sœurs me proposa de commencer une nouvelle expérience en participant à des rencontres de formation et spirituelles en vue d’une future affiliation. Je me suis donc retrouvée une dimanche chez les Disciples de l’Évangile avec un groupe de personnes que je ne connaissais pas. J’étais curieuse de savoir ce qui m’attendait. Nous hésitions tous et nous avons prévenu : « pas de liens trop étroits avec les Disciples de l’Évangile ni négliger notre famille et notre quotidien. » C’était beau d’écouter, apprendre, discuter en toute liberté.

Nous nous sommes mis au travail dans ce nouveau chemin à parcourir ensemble… nous, un groupe bizarre de personnes si différentes mais unies par l’amour pour Jésus, accompagnées par quelques sœurs.
Petit à petit nous sommes entrés dans la spiritualité à laquelle s’inspirent les Disciples de l’Évangile. C’est Charles de Foucauld à la base de leur charisme. Nous avons commencé à lire avec goût quelques-uns de ses nombreux écrits, où l’on voyait les aspects que les sœurs essayent de vivre au quotidien : prière, contemplation, accueil, évangélisation.
Après deux ans, la majorité du groupe a fait l’affiliation aux sœurs avec une célébration significative et festive.
Le Seigneur marche à mes côtés, est entré dans mon cœur, m’a offert une fraternité qui m’accueille toujours et des amis d’affiliation qui me tiennent par la main.
La vie, quoi que dure, s’est allégée et ne me fait plus peur.

 

“Cœur et croix”, symbole cher à frère Charles                                                                                                                          Laura

« Recevez ce signe de la charité du Christ et de votre foi. Que le cœur et croix”, symbole cher à frère Charles, accompagne ton témoignage de l’Évangile dans ta vie de tous les jours. » Voilà que le symbole si cher à frère Charles est sur mon cœur, visible et tangible. C’est le signe qui unit nous tous affiliés. Avec l’aide de Dieu, nous désirons qu’il soit le signe de notre chemin qui nous appelle à l’imitation de Jésus, à être des témoins crédibles et à annoncer l’Évangile. Que ce soit toujours un moyen de discernement ensemble, source de force, garantie d’accueil et partage dans l’Amour de Jésus envers le prochain… si non… si non on ne pourrait pas le porter sur soi.

 

Un chemin avec d’autres sœurs et frères                                                                                                                                              L.

Je connais les Disciples de l’Évangile depuis quelques ans, et j’ai eu la chance de participer à des moments de prière chez elles, de vivre de près leur expérience d’accueil avec plusieurs migrantes, de partager et être soutenus, dans les moments de joie, de tristesse, de choix de ma vie. Mon cœur était plein de reconnaissance envers le Seigneur qui prenait soin de moi à travers elles, pour l’expérience d’amour reçue dans la gratuité et avec le sourire, et cela a fait naître en moi l’intérêt et le questionnement à propos de la spiritualité vécue par les Disciples de l’Évangile pour imiter Jésus. Je me rappelle comme si c’était hier d’avoir posé la question très claire à une des sœurs. La réponse bien évidemment : « Charles de Foucauld. »
J’étais fascinée par cette forme si particulière de témoigner l’Évangile. Et ainsi on m’a invité aux rencontres de lecture des textes de frère Charles, à Castelfranco Veneto, où participait un groupe de frères et sœurs actuellement affilies aux Disciples de l’Évangile. J’ai commencé avec eux mon chemin d’affiliation aussi.

L’affiliation est d’abord une expérience ecclésiale, c.-à-d., un engagement à annoncer l’Évangile, en ayant comme référence les aspects de la spiritualité des Disciples de l’Évangile, en communion avec l’Eglise et, notamment, la paroisse d’appartenance.

Je suis actuellement dans le parcours de formation : une période d’approfondissement de la figure de Charles de Foucauld et de discernement pour une future filiation.
J’ai le besoin, en plus que la joie, de partager ce chemin avec d’autres frères et sœurs. Je peux apprendre avec eux à me former à une écoute plis attentive, à l’accueil et à la fidélité de l’engagement. Prendre soin les uns des autres, cela nous apprend à le faire avec notre prochain, au quotidien.

Pour renseignement :

Disciples de l’Évangile – sœur Antonella Fraccaro

antonellafraccaro@discepoledelvangelo.it


[1] Constitutions des Disciples de l’Évangile, art. 5.
[2] Ch. de Foucauld, Commentaire à Luc 2,21.