Prière d’abandon

_preg abbandono 150 150 (1)


Liturgie 1er décembre

calice cdf


Ecrits

cdf_20_Ecrits


Publications en italien

cdf_20_Bibliographie


Articles et sessions

cdf_20_articlesetsessions


Biographie

Charles de Foucauld est né à Strasbourg le 15 septembre 1858. Orphelin de père et de mère à 6 ans, il a grandi chez ses grands parents. A cause de la guerre de 1870, la famille se réfugia à Nancy, où Charles fréquenta le lycée. En 1876, déterminé à suivre une carrière militaire, il entre à l’Académie de Saint Cyr. Entre temps, la foi qui lui a été transmise s’affaiblit : ce sont des années sombres de désordre et de vie solitaire. Il termina ses études dans l’école de Cavalerie de Saumur, et commença une brève carrière militaire.

En 1882, il a démissionné de l’armée pour découvrir le Maroc. Ce site sera «un coup de cœur», il est frappé par l’hospitalité des gens, fasciné par l’immensité du désert, mais il est surtout étonné par la foi en Dieu, grand et unique de l’Islam. Il retourna en France, à Paris, mais il n’est pas en paix. Les questions au sujet de Dieu deviennent une obsession. Sur les conseils de sa cousine Marie, à laquelle il est très proche, il rencontre Père Henry Huvelin pour obtenir les réponses au sujet de la religion catholique. Huvelin, qui a pleinement compris la recherche de Charles, le fait mettre à genoux, confesser et l’envoie recevoir l’Eucharistie. C’est le début de sa conversion, qui a eu lieu autour du 30 Octobre 1886.

Charles de Foucauld se rend, alors, en pèlerinage en Terre Sainte. A Nazareth, il apprend la vie cachée vécue de Jésus, l’existence « de Jésus travailleur humble et obscur à Nazareth.”. En janvier 1890 il entre à la Trappe de Notre Dame des Neiges, en France. Quelques mois après, désirant une vie plus radicale, il est envoyé à la Trappe d’Akbès, en Syrie. Mais il comprend qu’il ne vit pas la plénitude de la vie à Nazareth qu’il recherchait au début de 1897. Il est laissé libre de suivre la volonté de Dieu ailleurs.

En mars 1897, il a déménagé en Terre Sainte où il réside, pour trois ans, dans la ville de Nazareth, dans le service d’un monastère de Clarisses. Il séjournait dans une cabane, vivant dans la pauvreté absolue, en passant des heures en adoration silencieuse de l’Eucharistie et à l’étude de la Bible. Petit à petit, se concrétise le désir de fonder une réalité de vie religieuse à l’intérieur de l’Eglise qui sait reproduire la vie de Nazareth, comme l’a vécu Jésus avec sa famille. Il avait déjà écrit une Règle quand il était encore à la Trappe en 1896.

Il développe alors et pense concrètement à la fraternité des Petits Frères et Petites Sœurs, pour lesquelles il réalisera, entre 1899 et 1902, les Constitutions et le Directoire, mais restera seul jusqu’à la mort.

Petit à petit il sent qu’aimer Jésus signifie devenir un frère pour tous, en particulier pour ceux qui ne le connaissent pas encore. Pour cette raison, il accepte de devenir prêtre, à quarante-trois ans, et de vivre la vie d’imitation de Jésus “parmi les hommes les plus malades, les brebis les plus abandonnés.” Il est ordonné prêtre le 9 juin 1901 à la grande Chapelle du Séminaire de Viviers. Il s’installe à Beni-Abbès, en Algérie à la frontière avec le Maroc, où il veut vivre une vie consacrée à la prière et à l’adoration eucharistique, en ayant un cœur qui aime tout le monde, pour être auprès des hommes un frère universel, dans la solitude avec Dieu.

Continuant à avoir le cœur au Maroc, mais empêché d’y entrer à cause de la situation politique, il se déplace vers le sud dans le territoire Touareg, à Tamanrasset, où il rencontre la population locale et partage sa vie, s’incarnant dans leur histoire, afin que l’Evangile de Jésus soit connu et vécu dans la vie quotidienne de ces personnes. Il a passé de longues heures avec les habitants, recueillant par écrit leur culture. Ceci a permis d’avoir une mémoire historique.

Charles est décédé le 1er décembre 1916 devant le fort de Tamanrasset, qu’il a construit pendant la Première Guerre mondiale, comme un lieu de protection pour la population. Il sera tué accidentellement par un coup de fusil lors d’une échauffourée provoquée par les troupes rebelles du Sahara.

Plus tard, son message sera ramassé par diverses personnes, laïcs, prêtres et religieux, ce qui donnera lieu à de multiples réalités au sein de l’Eglise, chacun d’entre eux, en se concentrant sur différentes caractéristiques de sa spiritualité, tous unis dans le désir de Frère Charles d’imiter dans leur propre vie, le Modèle Unique, Jésus de Nazareth.

 

Téléchargez la biographie de Charles de Foucauld

Biographie

cdf_20_Biographie


Famille spirituelle

cdf_20_famiglia


Bibliographie

cdf_20_Bibliographie


Commémorations

cdf_20_Anniversaires et commémorations


Chants en italien

cdf_20_canti