Au début de janvier 2017, nous avons eu la joie d’accueillir deux étudiantes de Sciences Politiques à Paris, descendues avec leur aumônerie jusqu’à Marseille à la rencontre des chrétiens et musulmans, engagés dans le dialogue interreligieux. Nous vous partageons les échos de cette expérience, qui les a bien touchées et enrichies. Leur témoignage nous invite à l’espérance et à l’accueil de l’autre…

 fotoscpoL’aumônerie de Sciences po proposait cette année une semaine à Marseille, en janvier, pour découvrir le dialogue interreligieux. Pour être honnête, ce n’est pas tant le thème qui m’a attirée que le sentiment qu’il serait bon de m’impliquer un peu dans l’aumônerie de l’école où j’avais déjà étudié quelques années sans m’engager beaucoup…

Cependant j’avais depuis longtemps le désir de découvrir une vie, et un milieu autre que celui dans lequel j’ai vécu jusque-là ; et de rencontrer des religieux vivant au cœur du monde, dans les banlieues, précisément dans une de ces périphéries que le Pape nous a appelés à habiter récemment : comme les Disciples de l’Evangile ! Quant à l’islam, cela me semblait toujours intéressant de consacrer quelques heures à tenter de le comprendre, ce que je n’avais jamais réussi à faire jusque-là.

Le Seigneur m’a comblée et (comme souvent…) d’une façon à laquelle je ne m’attendais pas : par des rencontres personnelles, c’est-à-dire avec des personnes, concrètes, réelles, belles, différentes. Ce furent à la fois les étudiants de Sciences po (ceux qu’on croit connaître parce qu’on les côtoie régulièrement mais qui demeurent tellement autres !), les Disciples de l’Evangile habitant dans les quartiers nord, des habitants de Marseille, des penseurs, politiques, catholiques, musulmans…

Et c’est là ce que j’ai retenu du dialogue interreligieux : car bien sûr, j’ai découvert un peu plus ce qu’est la foi musulmane ; mais surtout, j’ai rencontré ces personnes. J’ai compris qu’évidemment, je ne réussissais jamais à retenir quoi que ce soit sur l’islam en général ; mais lorsque ma quête de comprendre est passée de “savoir” ce qu’est cette autre religion, au désir de connaître des personnes, de nouer des relations, j’ai compris qu’il ne pouvait y avoir de dialogue interreligieux autrement qu’entre des personnes qui se connaissent et apprennent à s’aimer parce qu’elles vivent ensemble, et choisissent cette vie ensemble. C’est très simple en apparence, évident même peut-être, mais je pense qu’on n’a jamais fini de le comprendre avec son cœur et de le vivre.

Ces rencontre m’ont aussi fait redécouvrir les trésors de ma foi, catholique, reçue de l’Eglise. Quelle grâce d’avoir grandi dans une religion qui porte un regard aussi profond sur l’homme ! Cette rencontre avec l’autre a ainsi été une rencontre renouvelée avec le Tout-Autre, qui m’a finalement donnée un peu plus à moi-même.

Merci pour tout !

Domitille

Lire la suite