“Fragments de vie” …
dans la fraternité Marie de Magdala à Turin (Italie)

  • OcV_Torino 1
  • OcV_Torino 2
  • OcV_Torino 3
  • OcV_Torino 4
  • OcV_Torino 5
  • OcV_Torino 6
  • OcV_Torino 7
  • OcV_Torino 8
  • jquery image slider
  • OcV_Torino10
OcV_Torino 11 OcV_Torino 22 OcV_Torino 33 OcV_Torino 44 OcV_Torino 55 OcV_Torino 66 OcV_Torino 77 OcV_Torino 88 OcV_Torino 99 OcV_Torino1010
bootstrap slideshow by WOWSlider.com v9.0

Notre fraternité Marie de Magdala se trouve à l’intérieur du Grand Séminaire de Turin ; elle est insérée dans une partie de la ville qui n’est pas certainement pauvre : nous habitons une partie du territoire historiquement très riche, culturellement et artistiquement aussi : il y a énormément de choses belles à voir et à contempler ; une partie du territoire où il y a aussi des pauvretés cachées et difficiles à découvrir parce qu’elles ne sont pas immédiatement visibles comme dans les périphéries ! Dans notre fraternité il y a deux portes que, chaque jour, nous franchissons et qui nous mettent en relation avec l’humanité faite de beaucoup de visages, de dons et de fragilités !

Une porte nous permet de rencontrer non voisins les plus proches : les prêtres et les séminaristes avec qui nous cherchons de partager la beauté de notre vie religieuse et de la fraternité universelle, chère à Charles de Foucauld.

La deuxième porte en revanche nous permet de rencontrer les frères et les sœurs de la ville : les pauvres, les jeunes, les adultes que nous rencontrons dans le lieu du travail, dans les associations de la ville avec lesquelles nous collaborons, les personnes qui nous aident à prendre soin de ceux qui sont seuls et plus fragiles.

Et ces deux portes sont franchies par des croyants, des non croyants, des croyants d’autres religions, proches ou lointains de l’Eglise ; des personnes qui s’adressent à nous pour différentes raisons et que nous, les sœurs, nous sommes heureuses de connaitre : avec tous, nous cherchons à construire des liens bons, gratuits, de confiance.

En plus de ces deux portes, notre fraternité a aussi, presque au centre, un précieux lucarne qui chaque jour, le matin tôt, nous fait lever le regard vers le ciel et fait confier à Dieu, qui est Amour, les nombreuses vies qu’il nous donne de rencontrer et aimer, dans l’aujourd’hui que nous vivons ensemble !

Sœurs Giuliana, Miriam et Tania

 

 

freccia sinistra

Fragments de vie…
dans la fraternité de via Quarti à Milan